FINALE SUR GOUZON

On n’ avait pas le droit de s’ en dispenser de cette journée à GOUZON, non seulement parce que c’ était la finale des cinq manches du mini tour creusois mais en plus parce que nous avions notre réputation à défendre.

Alors tout le monde ( ou presque ) s’ était levé aux aurores pour être à pied d’oeuvre dès 9h30 pour le premier départ minime du chrono.

Mais comme il n’y a pas de justice en ce bas monde, certains s’ étaient levés un peu plus tôt que les autres! ( NDLR)

Nos deux filles, Diane et Juliette , engagées en minimes, ouvraient le bal et confirmaient leur bonnes dispositions dans cet exercice particulier en se classant dans le haut du tableau.Jules F tenait son rang se plaçant solidement dans la groupe de. tête de sa catégorie en minimes 1.Adrien ,terminait fort son chrono  laissant augurer de bonnes choses pour peu qu’il laisse sa tête au vestiaire..

Les cadets enchaînaient dans la foulée.dès 10h30 mais le vent se levait ajoutant une difficulté supplémentaire à ce parcours que l’on aurait pu juger facile sur le papier mais qui allait s’ avérer plus compliqué à gérer sur le terrain avec un départ en faux-plat montant d’ un kilomètre (qui servira de grimpeur pour la course en ligne). Cruel dilemme entre partir vite mais pas trop pour ne pas exploser au sommet de la bosse et compromettre ses chances sur le reste du circuit.

Nos cadets se tenaient en milieu de classement , conformes à ce qu’ils avaient montré lors des épreuves précédentes.

Jules S et Louis, lâchement abandonnés par leur famille respective, étaient pris en charge par les bons samaritains du club qui faisaient résonner le porte-voix sur les 8,6 km du chrono.( A ce propos, une plainte a été déposée par les riverains pour tapage diurne .., Vincent, d’ ordinaire si posé, ayant proféré des menaces à l’encontre de ses poulains mais malheureusement dans le micro.) …

A l’ heure qu’il est, il doit être en garde à vue et a dû repousser ses vacances , voire les annuler peut- être.Affaire à suivre…..

Mais revenons à la course.

La pause sous le barnum de Christophe F, qui pense à tout, se déroula dans le calme , ponctuée de coup de fourchettes dans les pâtes ou le riz,mais aussi de petits bruits feutrés et réguliers de doigts flirtant avec les touches de claviers de portables promptement sortis des poches des maillots ( et après investigations il n’y avait pas que des ados concernés).

 » La parole est d’ argent, le silence est d’ or « .

Alors je me suis tu, ne troublant que légèrement la quiétude du moment par le bruit de la déchirure d’une enveloppe plastique contenant mon repas.

Mais revenons à la course.

Les minimes réenfourchaient leur cheval de carbone pour se préparer à la course en ligne dès 13h30.

La bosse de départ inquiétait certains esprits qui se demandaient bien ce qui allait se passer.Les choses allaient vite s’ éclaircir.Un groupe de quelques unités se détachait suivi par le gros du peloton dans lequel figuraient nos protégés.Et rien n’allait changer tout au long des trois tours.

Les échappés s’ arrangeaient entre eux au sprint pour les premières places et Juliette arrangeait le sprint du peloton à son avantage ( et cette fois sans guidon tournant). Diane, jules et Adrien en finissaient dans cet ordre.

Les cadets prenaient aussitôt le relais sur 64 km.La course fut relativement linéaire, agitée de quelques soubresauts lors de relances après un virage serré..La sélection se fera par l’ arrière .Louis, pas en forme , abandonnera à mi- course, les 2 jules et Gwenwal maintiendront leur position un peu à l’arrière , seul Thomas restera au contact dans le premier groupe jusqu’à l’ explication finale.Quant à Lorette, elle s’ expliquera jusqu’ au bout avec ses copines collées aux basques.qui attendront le dernier moment pour porter l’ estocade.

Pour clore cette longue série de courses, la place était faite aux plus jeunes dont les benjamins sur un circuit plus court et plus adapté.Mathéo, Paul,Nathan et notre Valentine s’alignaient pour 13km et ne déméritaient pas  face à une forte concurrence.Mathéo pourtant très motivé décrochait dans le dernier tour, Paul se retrouvait un peu isolé ( mais le garçon est un solitaire), Valentine était rouge de plaisir et tournait comme une montre.Quant à Nathan, il terminait entouré de jolies infirmières dans l’ambulance de la protection civile pour raison de mal de tête.Mais le garçon est un filou et je ne sais si on doit le croire .Je dois admettre que sa place n’était pas désagréable!!!!!!

Après la phase purement sportive , on en venait à la cérémonie des récompenses.

Elle fut longue, à l’ image de l’ampleur que prend cette manifestation sportive aujourd’hui dans le paysage régional.

Reconnaissons que nos amis creusois nous montrent un formidable exemple de ce que l’on peut faire pour le cyclisme , pour la jeunesse pour peu que la volonté guide les actes.

Ce fut long, certes, mais cela en valait le coup car nous allions clôturer cette belle journée en montant tous deux fois sur la première marche du podium, une première fois pour le challenge de la participation et une deuxième pour le classement par équipes et ceci devant de grosses écuries.

Tout ceci sous les applaudissements d’un nombreux public encore présent et d’une musique entraînante.

Un très fort moment de joie et de partage, Valentine et Paul tenant le magnifique trophée entourés des plus grands en étant une magnifique illustration.

Il ne manquait que notre président Patrick .Il fut donc décidé dans un élan commun de lui offrir cette sculpture pour le remercier de son investissement..

L’ heure déjà bien avancée nous empêchait de fêter cette belle journée par le pot de l’ amitié mais ce n’ est que partie remise.

Pour conclure, un grand moment de sport mais aussi d’ amitié, de convivialité, de partage.Sans aucun doute, tous les ingrédients réunis pour continuer longtemps dans cette voie.

Remercions une fois encore les organisateurs du mini tour creusois qui nous permettent de vivre ces riches instants.

NDLR: Je ne peux pas terminer le récit de la journée sans raconter la dernière blague ( extra-sportive) de Jules Soulier.

Au moment de le déposer devant son appartement et après avoir déchargé tout le matériel sur le trottoir, le garçon eut cette remarque qui aurait pu faire sourire en d’autres circonstances <je ne trouve plus mes clés<

Je vous laisse imaginer la suite.Ce samedi fut une TRES LONGUE JOURNEE!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.